Charles Sobraj, tueur en série du « Serpent », revient en France

Charles Sobraj, un tueur reconnu coupable qui, selon la police, a tué plus de 20 routards occidentaux sur la « piste hippie » à travers l’Asie dans les années 1970 et 1980, est rentré en France samedi après près de deux décennies dans une prison népalaise.

La Cour suprême du Népal a ordonné mercredi la libération de Sobhraj, connu en Thaïlande sous le nom de « Tueur de bikini » et « Le serpent » pour avoir échappé à la police, citant son âge et son état de santé.

Ressortissant français né d’un père indien et d’une mère vietnamienne, Soubraj, 78 ans, a atterri à l’aéroport international principal de Paris peu après 7 heures du matin et a été escorté hors de l’avion par la police pour des contrôles d’identité.

« Il va bien, c’est un homme libre », a déclaré à Reuters l’avocate de Sobraj, Isabelle Gaudant-Bear. Lorsqu’on lui a demandé quelles seraient ses prochaines étapes, il a répondu: « Il déposera une plainte légale contre le Népal car toute l’affaire contre lui est fabriquée. »

Sobharaj est détenu dans une prison de haute sécurité au Népal depuis 2003, date à laquelle il a été arrêté pour le meurtre de la routarde américaine Connie Jo Broncich en 1975. Il a ensuite purgé 19 ans de prison après avoir été reconnu coupable du meurtre de l’ami canadien de Broncich, Laurent Carrier. Sur une peine de 20 ans.

Sobharaj est photographié sortant d’une audience à Katmandou en mai 2011.
Reuter

Mais il était soupçonné de plusieurs meurtres, notamment en Thaïlande, où la police affirme avoir tué six femmes dans les années 1970, dont certaines sont mortes sur une plage près d’un complexe hôtelier de Pattaya.

READ  Le Nasdaq augmente après un solide rapport sur le PIB, Tesla augmente de 8%

En 1976, il a été emprisonné en Inde pour avoir empoisonné un groupe de touristes français dans la capitale New Delhi en 1976, avant d’être jugé pour des accusations portées contre lui en Thaïlande.

Sobraj a déclaré à l’agence de presse française AFP sur un vol en provenance du Népal qu’il n’était pas coupable du meurtre de Francech et Carrier.

« J’ai beaucoup à faire. Je dois poursuivre beaucoup de gens », a déclaré Sobhraj, a rapporté l’AFP.

Sobhraj attend son vol pour la France à l'aéroport de Doha.
Sobhraj attend son vol pour la France à l’aéroport de Doha.
AFP via Getty Images

Des associés ont précédemment décrit Chopraj comme un traître, un séducteur, un voleur et un meurtrier.

En 2021, la BBC et Netflix ont produit une série dramatique basée sur l’histoire du meurtre présumé de Sobharaj.

Les ministères français de l’Intérieur et de la Justice n’ont pas répondu aux questions de Reuters sur la question de savoir si Soubraj pourrait faire face à des poursuites pénales en France. Le délai de prescription pour les crimes les plus graves en France est de 20 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *